A LA UNE

A LA UNE
:     Article "Boursier.com", publié le vendredi 20 septembre 2019 à 16h52 et repris sur le site "Orange actualités"   D'après une récente étude accessible (accessible en cliquant ici), la baisse de vitesse limitée à 80 km/h n'aurait sauvé "que" 39 vies, soit bien moins que les 400 attendus par le gouvernement. Elle aurait également coûté 2,3 milliards d'euros aux Français. Véritable sujet de discorde entre les automobilistes et le gouvernement, la limitation à 80 km/h tarde à faire la démonstration de son efficacité. Selon un rapport réalisé par un comité indépendant (CIE) mis en place par l'association 40 Millions d'automobilistes, "seules" 39 vies ont pu être sauvées après la mise en place de la mesure. C'est dix fois moins que l'objectif des 400 vies épargnées qu'espérait Edouard Philippe. Pour rappel, depuis le 1er juillet 2018, toutes les routes secondaires ont été limitées à 80 km/h, malgré la grogne des élus locaux. "Loin de réduire les décès de 400 par an, comme annoncé ex ante, ou 206 comme proclamé ex post, la politique engagée les a réduits au plus d'une quarantaine - ce qui n'est évidemment pas négligeable", affirme l'étude.  En effet, les chiffres révélés par l'association ne concordent pas avec ceux du gouvernement. En juillet dernier, la Délégation à la Sécurité Routière (DSR) a annoncé que la mesure avait permis d'épargner quelque 206 vies entre juillet 2018 et juin 2019.   80 km/h : "Il y a peut-être eu une petite erreur stratégique de vouloir passer en force" par franceinfo   Des approximations et des erreurs dans les chiffres de la DSR L'étude indépendante pointe des approximations et des erreurs d'évaluation dans les chiffres de la DSR. La base de calcul ne doit retenir que les routes à deux voies sans séparateur central frappées du 80 km/h. Or, ce réseau n'apparaît pas en tant que tel dans les chiffres officiels divulgués par la délégation. "La comparaison des chiffres de la mortalité routière recueillis avant et après l'entrée en vigueur de la mesure fait apparaître une diminution de 148 tués pour la période juillet 2018 - juin 2019 par rapport à l'année précédente à la même période. Mais cette différence ne saurait être attribuée que très partiellement au seul passage à 80 km/h", a souligné le Professeur Rémy Prud'Homme, qui a dirigé l'étude du CIE. On passe donc bien à 39 vies épargnées selon le rapport, en tenant compte d'autres facteurs comme le trafic, la vitesse ou encore l'état des routes. Une mesure qui coûte plus cher que ce qu'elle ne rapporte Rouler moins vite, c'est aussi mettre plus de temps à se déplacer. D'après les estimations de l'association, 184 millions d'heures ont été perdues pendant cette première année, ce qui représente un coût de 2,65 milliards d'euros. Cette perte est d'ailleurs "loin d'être compensé par les bénéfices liés à la valorisation officielle des vies (129 millions d'euros) et blessés graves évités (88 millions d'euros), ainsi que des carburants et émissions de CO2 économisés (100 millions d'euros)", selon l'association. Le CIE a estimé que le coût net de la mesure des 80 km/h pour la société et l'économie française est de 2,3 milliards d'euros. Ni le gouvernement, ni la Sécurité routière n'on réagi suite à la publication de ce rapport. L'expérience du 80 km/h doit encore continuer pour un an. Des aménagements délégués aux départements peuvent, au cas par cas, rétablir le 90 km/h, mais cette possibilité n'a été utilisée que par bien peu d'entre eux car la procédure établie par le CNSR afin d'autoriser le rétablissement à 90 km/h contraint à l'immobilisme.    

Sécurité routière : Remontées de files

 

Attendu depuis des semaines par les pouvoirs publics et depuis des années par les usagers représentés par la FFMC, le rapport du préfet Régis Guyot sur la circulation des deux-roues motorisés entre les files dans les embouteillages avait été présenté à Manuel Valls, ministre de l'Intérieur sous la Présidence François Hollande, le 7 décembre 2012.

Légaliser pour enseigner et pour cadrer une pratique avérée, tel est l'objet de ce rapport officiel sur la circulation en interfiles pour les deux et trois-roues motorisés. Demandée depuis quinze ans par la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC)1, cette reconnaissance d'une de nos particularités de circulation en milieu urbain arrive à un moment décisif.

 

Couramment répandue dans un contexte de mobilité complexe, cette pratique efficace et proportionnellement peu accidentogène est déjà officiellement reconnue par nos voisins belges, néerlandais et autrichiens. La « remontée de files » ne peut plus être qu'une simple tolérance dans nos villes où le parc des deux-roues ne cesse de croître : il est temps de l'enseigner à tous les usagers de la route pour qu'elle soit pratiquée de manière raisonnée et raisonnable, pas n'importe où, pas n'importe quand et pas n'importe comment.

 

De février à juin 2012, sous l'égide du Préfet Régis Guyot, la FFMC avait travaillé conjointement avec des associations d’usagers, les représentants des moto-taxi, des assureurs, des chercheurs de l'IFSTTAR2, des formateurs, des forces de l'ordre et des fonctionnaires ministériels. Ce travail partenarial avait abouti à un consensus permettant de cadrer la pratique de l'interfiles aux voies rapides express à sens unique, uniquement entre les files les plus à gauche. Il était prévu de limiter la vitesse des 2RM en interfiles à 50 km/h en cas de circulation fortement ralentie et au-delà, d’observer un différentiel de vitesse n’excédant pas 20 km/h.

De quoi donner de la matière aux membres du Conseil National de la Sécurité Routière qui vient de se reformer.

C'est officiel, un décret paru le samedi 26 décembre 2015 au Journal Officiel annonce la mise en place de "l'expérimentation interfile  des deux-roues motorisés" sur les voies rapides en Ile-de-France, dans les Bouches-du-Rhône, la Gironde et le Rhône à partir du 1er février 2016.

 

1 Lire à ce sujet l'article de la FFMC disponible en ligne ici : www.ffmc.asso.fr/spip.php?article5552

2 IFSTTAR : Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux

 

Vous devez être enregistré pour poster un commentaire.

Vous êtes ici : Accueil La FFMC Les dossiers FFMC Circulation Interfiles