A LA UNE

A LA UNE
:     Article "Boursier.com", publié le vendredi 20 septembre 2019 à 16h52 et repris sur le site "Orange actualités"   D'après une récente étude accessible (accessible en cliquant ici), la baisse de vitesse limitée à 80 km/h n'aurait sauvé "que" 39 vies, soit bien moins que les 400 attendus par le gouvernement. Elle aurait également coûté 2,3 milliards d'euros aux Français. Véritable sujet de discorde entre les automobilistes et le gouvernement, la limitation à 80 km/h tarde à faire la démonstration de son efficacité. Selon un rapport réalisé par un comité indépendant (CIE) mis en place par l'association 40 Millions d'automobilistes, "seules" 39 vies ont pu être sauvées après la mise en place de la mesure. C'est dix fois moins que l'objectif des 400 vies épargnées qu'espérait Edouard Philippe. Pour rappel, depuis le 1er juillet 2018, toutes les routes secondaires ont été limitées à 80 km/h, malgré la grogne des élus locaux. "Loin de réduire les décès de 400 par an, comme annoncé ex ante, ou 206 comme proclamé ex post, la politique engagée les a réduits au plus d'une quarantaine - ce qui n'est évidemment pas négligeable", affirme l'étude.  En effet, les chiffres révélés par l'association ne concordent pas avec ceux du gouvernement. En juillet dernier, la Délégation à la Sécurité Routière (DSR) a annoncé que la mesure avait permis d'épargner quelque 206 vies entre juillet 2018 et juin 2019.   80 km/h : "Il y a peut-être eu une petite erreur stratégique de vouloir passer en force" par franceinfo   Des approximations et des erreurs dans les chiffres de la DSR L'étude indépendante pointe des approximations et des erreurs d'évaluation dans les chiffres de la DSR. La base de calcul ne doit retenir que les routes à deux voies sans séparateur central frappées du 80 km/h. Or, ce réseau n'apparaît pas en tant que tel dans les chiffres officiels divulgués par la délégation. "La comparaison des chiffres de la mortalité routière recueillis avant et après l'entrée en vigueur de la mesure fait apparaître une diminution de 148 tués pour la période juillet 2018 - juin 2019 par rapport à l'année précédente à la même période. Mais cette différence ne saurait être attribuée que très partiellement au seul passage à 80 km/h", a souligné le Professeur Rémy Prud'Homme, qui a dirigé l'étude du CIE. On passe donc bien à 39 vies épargnées selon le rapport, en tenant compte d'autres facteurs comme le trafic, la vitesse ou encore l'état des routes. Une mesure qui coûte plus cher que ce qu'elle ne rapporte Rouler moins vite, c'est aussi mettre plus de temps à se déplacer. D'après les estimations de l'association, 184 millions d'heures ont été perdues pendant cette première année, ce qui représente un coût de 2,65 milliards d'euros. Cette perte est d'ailleurs "loin d'être compensé par les bénéfices liés à la valorisation officielle des vies (129 millions d'euros) et blessés graves évités (88 millions d'euros), ainsi que des carburants et émissions de CO2 économisés (100 millions d'euros)", selon l'association. Le CIE a estimé que le coût net de la mesure des 80 km/h pour la société et l'économie française est de 2,3 milliards d'euros. Ni le gouvernement, ni la Sécurité routière n'on réagi suite à la publication de ce rapport. L'expérience du 80 km/h doit encore continuer pour un an. Des aménagements délégués aux départements peuvent, au cas par cas, rétablir le 90 km/h, mais cette possibilité n'a été utilisée que par bien peu d'entre eux car la procédure établie par le CNSR afin d'autoriser le rétablissement à 90 km/h contraint à l'immobilisme.    

Association pour la Formation Des Motards (AFDM) : Qu'est-ce que l'AFDM ?

Qu'est-ce que l'AFDM ?

  • Constitué à l'origine autour de cinq antennes locales, le réseau d’écoles de l’AFDM se développe sur l’ensemble du territoire et forme des animateurs de stages de perfectionnement depuis 1984. Dotée dans les années 2000 d’une structure nationale, l'AFDM étend son offre de formations aux professionnels et aux entreprises.
  • Parce que d’une formation responsabilisante et complète dépend directement la sécurité des conducteurs, l’AFDM travaille au déploiement d’un label de qualité pour l’apprentissage initial de la conduite d’un deux ou trois-roues motorisé.
  • Parce qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre, ces efforts portent aussi sur les conducteurs déjà aguerris, par des stages de sensibilisation et de perfectionnement post-permis.
  • L’AFDM représente également la profession auprès des pouvoirs publics français et européens pour améliorer les programmes, les objectifs et les conditions de travail de la formation à la conduite. C’est pour militer en faveur d’une réelle prise en compte des besoins et représenter les professionnels de l’enseignement de qualité que l’AFDM est, avec ses partenaires de la FFMC, impliquée et consultée par divers organismes comme le Conseil Supérieur de l’Education Routière, la Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières, la Concertation Nationale sur le deux-roues motorisé, le Salon des Maires et Collectivités locales, la Commission Transports de l’Union Européenne le Parlement Européen, ou encore par des contacts directs avec élus et responsables.
  • L’AFDM est également présente auprès du public sur des grands événements motards ou les principaux salons, comme le Salon de la moto et de scooter de Paris. Elle est également impliquée dans de nombreuses actions de sensibilisation envers l’ensemble des usagers de la route, afin de toucher le public aussi largement que possible. La sécurité routière concerne tout le monde... car les deux-roues sont trop souvent victimes de la méconnaissance des automobilistes.
  • L'AFDM milite pour un véritable continuum éducatif de l’éducation routière : initiation dès l’enfance, sensibilisation à l’adolescence, formation initiale de qualité, stages de perfectionnement et rappels au long de la vie. A ce titre, elle participe par exemple à la commission de la FFMC « Education Routière de la Jeunesse », en formant les militants pour intervenir bénévolement en milieu scolaire et sensibiliser les collégiens à une approche responsable et citoyenne de la route dès les premiers tours de roue en cyclomoteur. Il s'agit de préparer les conducteurs de demain quel que soit leur véhicule. Ce programme a reçu l’agrément du ministère de l’Education nationale.

 

Le site : http://www.afdm.org/

 

Vous êtes ici : Accueil La FFMC Le Mouvement Association de Formation Des Motards (AFDM) Qu'est ce que l'AFDM ?